Nous utilisons des cookies pour optimiser votre confort de navigation et afin d’améliorer nos services.
Dans notre notice de confidentialité, vous constaterez que vos données personnelles sont traitées de manière limitée et conformément au RGPD.

Les idées reçues sur la compensation des émissions CO2

Une réduction des gaz à effet de serre est nécessaire si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques et limiter le réchauffement de la planète et ses conséquences désastreuses. Pourtant, de nombreuses personnes sont encore sceptiques quant à la compensation carbone. 

Voici les idées reçues les plus courantes.

 

Je ne veux pas compenser parce que...

...c’est trop cher.

Selon la Loi Européenne sur le climat, l'UE vise à être neutre en carbone d'ici 2050. Cela exige une somme d'argent importante, mais le coût financier de ne pas y parvenir est environ cinq fois plus élevé. Le prix des compensations reflète le coût réel du changement climatique. Aujourd'hui, le prix moyen est de $18 par tonne de CO2, mais le prix augmentera (continuera à augmenter) tant qu'il n'y aura pas de réelle amélioration environnementale. Le prix de la compensation dépend de plusieurs facteurs tels que le type de projet, le lieu du projet, ses co-bénéfices, etc. 

 

...elle n’a aucun impact. 

Les usines, les entreprises et les gouvernements sont les parties qui peuvent avoir le plus grand impact, mais les individus peuvent également faire la différence. Nous devrions tous nous efforcer de réduire nos émissions quotidiennes de carbone et de "rendre" à la nature ce qui ne peut être évité.  La compensation est un moyen volontaire et concret de répondre à votre impact climatique et à vos émissions de CO2. Le calcul et la compensation sont les premières étapes pour prendre conscience de notre impact climatique. Les projets climatiques que vous pouvez soutenir en compensant n'existeraient pas sans le système de compensation du CO2.  En compensant nos émissions de CO2, nous soutenons également les objectifs de développement durable dans les pays en développement. Plus précisément, les projets climatiques avec lesquels CO2logic et Greentripper collaborent sont situés dans des pays en développement, permettant ainsi aux populations locales de combiner développement socio-économique et réduction des émissions de CO2 au niveau mondial.

 

... elle est utilisée pour le  ‘green marketing’.

Une stratégie de gestion intégrale pour une réduction du CO2 est un investissement durable. Elle offre non seulement des avantages environnementaux, mais aussi économiques, comme la réduction des coûts énergétiques. C'est pourquoi de nombreuses grandes marques compensent le carbone qui ne peut être évité. La réduction des émissions de carbone peut être un avantage concurrentiel, puisque de plus en plus de clients attendent de leurs marques préférées qu'elles prennent des mesures en faveur du climat. La grande majorité des entreprises qui compensent leurs émissions de carbone ont des objectifs supplémentaires de réduction des émissions. Selon une étude de Forest Trends' Ecosystem Marketplace, ces entreprises investissent 10 fois plus dans des activités de réduction des émissions que les entreprises qui ne compensent pas.

 

...les projets pour le climat sont trop éloignés. 

Les pays en développement sont les plus touchés par le changement climatique et les plus fragiles au regard de ses conséquences. En soutenant des projets climatiques dans les pays en développement, nous apportons des bénéfices supplémentaires. En plus de réduire les émissions de CO2, nous améliorons la santé de la population locale, ses revenus et ses conditions de vie.On n'a qu'une seule atmosphère et avec la même somme d'argent, nous pouvons réduire beaucoup plus dans les pays en développement qu'en Europe.

 


... nous devrions tout simplement arrêter de voyager. 


Le tourisme présente de nombreux avantages, comme la création d'emplois pour la population locale et une réduction de discrimination. Mais nous ne pouvons pas prétendre qu'il y n'a pas d'impact négatif pour le climat. Il est donc important que des mesures strictes soient prises dans l'industrie du voyage.L'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (ICAO) a initié une mesure internationale pour réduire les émissions de carbone dans le secteur de l'aviation : le Carbon Offset and Reduction System for International Aviation (CORSIA). Il vise à stabiliser les émissions de CO2 en obligeant les compagnies aériennes à compenser la croissance de leurs émissions après 2020. La compensation ne doit pas être servi comme excuse pour continuer à voler comme nous le faisons aujourd'hui. Nous devons envisager d'autres options de transport durable, comme le train ou le bus. Toutefois, pour les vols inévitables, la compensation peut être un bon moyen pour retrouver l'équilibre.



Sources:

 Debunked: Eight Myths About Carbon Offsetting - Ecosystem Marketplace , 
 ICROA - Valuing offset projects' co-benefits



Autres news

Problème avec votre compte ?
vendredi 16 avril 2021