Nous utilisons des cookies pour optimiser votre confort de navigation et afin d’améliorer nos services.
Dans notre notice de confidentialité, vous constaterez que vos données personnelles sont traitées de manière limitée et conformément au RGPD.


Système de compensation

Pourquoi compenser mon voyage?
Malheureusement quasi toutes les moyens de transport (bus, train, voiture, bateau, avion, ...) émettent du CO2. Ainsi, chaque fois que vous voyagez, du CO 2 est libéré dans notre atmosphère. Le CO 2 est un gaz à effet de serre qui est émis lorsque des combustibles fossiles tels que le pétrole, le gaz ou le charbon sont brûlés. Plus il y a de CO2 dans l'air, plus la terre se réchauffe.

Ce réchauffement a un impact sévère sur le climat et sur le niveau des océans. Si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas largement ces prochaines années, la question de la montée du niveau des océans deviendra vitale pour de nombreux territoires. Une élévation du niveau des océans est inévitable, mais l’ampleur final de cette hausse sera déterminée par nos efforts dans les années à venir.

L'impact du transport aérien à lui seul représente actuellement 2 à 3% des émissions mondiales de CO2. Selon une étude de 2016 de l'OMT (Organisation mondiale du tourisme), les émissions de gaz à effet de serre liées au transport du tourisme représentent 5% des émissions anthropiques mondiales et devraient augmenter à 5,3% d'ici 2030.

En mai 2018, des chercheurs de l'Université de Sydney ont également publié une étude montrant que l'impact mondial du tourisme représente 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L'étude, publiée dans Nature Climate Change, comprend le transport, l'hébergement, la nourriture et les achats des voyageurs.

Compenser votre voyage est une manière volontaire et concrète d’agir sur son impact climatique et ses émissions CO2. Les projets climatiques que nous soutenons n'existeraient pas sans le système de compensation CO2. Les projets proposés par Greentripper répondent à des exigences élevées afin que votre compensation CO2 fasse réellement la différence.
Comment fonctionne la compensation CO2 ?
La compensation CO2 consiste à compenser les émissions de CO2 de votre domicile et de vos déplacements (ex. voiture, avion etc.) en contribuant financièrement à un Projet pour le climat dans un pays en développement pour financer une réduction d'émissions de CO2 équivalente au CO2 émis.

Greentripper et CO2logic garantissent qu’une tonne de CO2 compensée correspond à une tonne de CO2 évitée ou absorbée par ailleurs grâce à l’un de ses Projets pour le climat dans un pays en développement.

En compensant les émissions CO2 de vos voyages, vous nous donnez la possibilité de travailler avec des ONG et des populations dans les pays plus pauvres à des projets qui permettent d’éviter des émissions de CO2, pour un développement socio-économique durable.

Afin de vous garantir que vous avez effectivement fait la différence en faveur de notre climat, le projet est contrôlé et certifié.

Ce petit film vous montre comment fonctionne la compensation CO2.

Qu’est-ce qu’une tonne de CO2 ?
Un avion utilise de l’énergie pour arriver à destination. Cette énergie provient de la combustion d’énergies fossiles qui libère du CO2et d’autres Gaz à effet de serre, ce qui contribue au changement climatique. Afin de vous donner une idée, 1 tonne équivalent CO2 est émise par:
  • 336 repas
  • 5.500 km avec une voiture moyenne
  • 1 vol entre Bruxelles et Athènes (par personne)
Une tonne de CO2 pourrait être représentée schématiquement par 1/5 d’une boule de l’Atomium ou par une montgolfière de 200m3.
Quels gaz à effet de serre sont pris en compte pour calculer l’impact environnemental des voyages ?
Il existe plusieurs types de gaz à effet de serre, pas seulement le dioxyde de carbone : on peut transposer tout type d'émission de gaz à effet de serre en équivalent CO2. Sachant que chaque type de gaz à effet de serre possède un potentiel de réchauffement global plus ou moins important par rapport au CO2, afin de connaître l'équivalence d'une tonne de gaz à effet de serre en crédits carbone, il faut appliquer au gaz en question un coefficient spécifique pour convertir la tonne en tonne d'équivalent CO2. Ceci permet de comparer la contribution de ces différents gaz au réchauffement de la planète et de tenir compte de ces gaz dans les efforts de réduction de l’impact climatique d’une organisation ou d’un produit.

Dans le calculateur Greentripper, nous prenons en compte les différents gaz à effet de serre (CO2 mais également d’autres gaz à effet de serre comme le CH4 et le N2O) qui sont convertis en CO2. C’est pourquoi nous parlons en équivalent CO2 et pas en CO2.

Nous prenons également en compte le forçage radiatif qui est causé par les traînées de condensation que l’on voit derrière un avion en vol.
Qu’est-ce que le forçage radiatif pour un voyage en avion ou l’effet de haute altitude ?
Si nous voulons calculer l’impact complet d’un voyage en avion, nous devons prendre en compte les émissions de gaz à effet de serre provenant de la combustion du kérosène mais également d’autres facteurs comme les traînées de condensation. Ce sont ces lignes blanches formées par la condensation de la vapeur d'eau émise par les moteurs d’avion à très haute altitude. Des scientifiques indépendants (Institut Bilan Carbone, l’ADEME) estiment qu’avec le forçage radiatif, l’impact sur l’effet de serre de l’avion est multiplié par 2 par rapport aux seules émissions de gaz à effet de serre venant de la combustion du kérosène.

The Carbon Neutral Company dit:
"A l’analyse des informations dont nous disposons sur les impacts de l’aviation sur le système climatique global, il est clair que l’impact sur le climat va au-delà du simple effet des émissions de CO2. Tous les facteurs additionnels entraînent un effet de réchauffement climatique supplémentaire. Selon toutes les mesures développées pour les impacts de l’aviation, nous estimons qu’un facteur approximatif de 2 devrait être appliqué à l’impact CO2."
Pour la compensation de mon vol, en quoi existe-t-il une différence entre l’impact équivalent CO2 des classe Affaires, Première classe et classe économique ?
La première classe et la classe Affaires occupent plus d’espace, ce qui signifie que moins de passagers peuvent prendre le même avion. Par conséquent, plus d’émissions CO2 sont attribuées aux passagers de première classe et de classe Business par rapport aux passagers de la classe économique.

Ce phénomène est comparable aux voitures transportant 1 ou 4 personnes. Même si ces 4 personnes sont plus lourdes à transporter, il existe un effet d’échelle qui permet de constater que plus il y a de passagers dans un moyen de transport au moins il y a d’émissions CO2 par passager
Pourquoi un vol courte distance émet-il relativement plus de CO2 qu’un vol longue distance?
Un avion consomme énormément de carburant au décollage et à l’atterrissage. Une fois en l’air, l’avion en consomme beaucoup moins par km ou par mile parcouru. C’est pourquoi, les vols courte distance ou les vols avec escales sont particulièrement plus polluants par km. Ceci signifie que pour les vols longue distance, la moyenne des émissions est sensiblement moins importante par km parcouru.